La semaine de 4 heures est LE best-seller pour les gens qui veulent se casser et créer une nouvelle vie. Certains l’ont même pris pour Bible. Pourtant, j’ai un avis assez mitigé:

La promesse de la semaine de 4 heures (dans la version originale):

Échapper à la routine, vivre n’importe où et rejoindre les ‘nouveaux riches’.

En résumé, travailler moins pour gagner plus: Le rêve quoi.

 

Comment s’y prendre?

 

1. Comprendre ce qu’est la vraie richesse – (‘Définition’)

Selon Tim Ferriss, la richesse ne se résume pas à l’argent qu’on a sur son compte en banque, mais sur ce qu’on fait avec ce que l’on a. Pas la peine d’avoir des millions pour vivre comme un millionnaire. Il suffit d’être au bon endroit, avec assez de temps pour profiter de la vie. Je suis 100% d’accord.

“The opposite of love is indifference, and the opposite of happiness is boredom. […] The question you should be asking isn’t ‘What do I want’ or ‘What are my goals’, but ‘What would excite me?’”

« L’opposé de l’amour est l’indifférence, et l’opposé du bonheur est l’ennui. […] La question que vous devriez vous poser n’est pas ‘Qu’est-ce que je veux’ ou ‘Quels sont mes buts’, mais ‘Qu’est-ce qui m’excite?' »

Des exercices aident à définir ce qu’on aimerait faire, quand, et combien d’argent cela coûterait (en général moins qu’on s’imagine).

 

2. Optimiser son temps – ‘Elimination’

Chapitre très utile, avec des conseils tels que lire ses emails deux fois par jour, lire les news le moins possible et préférer poser directement une question à quelqu’un plutôt que de rechercher la réponse soi-même. Rien de révolutionnaire, mais des rappels fort utiles.

Il introduit le principe du 80/20: 20% de nos activités rapportent 80% de notre revenu. Le reste n’est que du travail pour le travail (‘Work for work’) (pour se sentir occupé et utile, entre autres!).

Il évoque également la loi de Parkinson, qui fait que quand on a peu de temps devant soi, on fait les choses de manière plus efficace, en se concentrant sur l’essentiel.

Tim Ferris préconise aussi d’habituer les gens autour de soi à ce qu’ils ne nous sollicitent qu’en cas d’urgence, et qu’ils résolvent les problèmes eux-même.

« People are smarter than you think. Give them a chance to prove themselves ».

Les gens sont plus intelligents que vous ne le pensez. Donnez leur une chance de le prouver.’

 

3. Pour gagner de l’argent, créer et automatiser un produit – (‘Automatisation’)

‘La semaine de 4 heures’ repose beaucoup sur la délégation de certaines tâches pour se consacrer à des choses plus productives ou plus intéressantes.

On peut par exemple prendre une assistante virtuelle basée en Inde à 7$ de l’heure pour les tâches qui prennent du temps ou qu’on n’a pas envie de faire. Idée très attrayante – je me voyais déjà avec ma propre secrétaire virtuelle – mais je n’ai pu empêcher de me dire que la montée de ‘nouveaux riches’ semblait impliquer la création de ‘nouveaux pauvres‘…

Puis vient le cœur du sujet: comment se faire des sous?

Tim Ferris a fait sa fortune en créant une entreprise d’aliments pour sportifs, qu’il a ensuite automatisée pour vivre à l’étranger. Encore une fois, de bons principes: créer un produit (ebook, DVD) ou revendre un produit existant, puis automatiser le processus d’achat et de vente. Ainsi, pour vendre 1 ou 10000 produits, le processus reste le même, et ne prend pas plus de temps.

« Our goal is simple: to create an automated vehicle for generating cash without consuming time »

‘Notre but est simple: créer un véhicule automatisé pour générer du cash sans gaspiller de temps’

 

Le livre contient de nombreuses idées pour créer et développer un produit, mais pour Tim Ferris, tout ça parait un peu facile.

Créer ou trouver un produit à vendre, en se basant sur ce que l’on sait et aime faire: OK. Mais alors il recommande de le tester en mettant des pubs sur Internet, qui dirigent les gens vers un faux site. Le site simule un achat et prévient ensuite le client que la transaction n’a pas abouti. Tout ça pour voir si le produit vendrait.

En plus du côté douteux, Tim Ferris semble beaucoup surestimer le pouvoir de Google Adsense. Le trafic ne se gagne pas en une nuit, et il faudrait des semaines pour que les gens entendent parler du produit. Donc pas très réaliste à mon avis.

Suivent des conseils pratiques pour gérer les sous-traitants etc. Un peu long, j’ai passé.

Nous voilà avec un produit testé et dont le processus de vente est automatisé, les nouveaux clients venant grâce à la pub essentiellement.

 

4.  Pour finir, se casser! – (‘Libération’)

Ouaissss! Il est à noter que pour les employés, il faut se casser avant de pouvoir réduire ses heures – si vous finissez votre boulot en deux heures au bureau, on vous en donnera plus. Si vous êtes sur une plage au Bahamas, on ne vous en donnera pas davantage et vous pourrez vaquer à vos occupations tout en restant productif.

Dans cette section, Tim Ferris explique aux employés comment réussir à négocier le travail à distance, pour ainsi diminuer le temps au bureau, et finalement, travailler de n’importe oú. Le principal est de montrer qu’on est plus efficace en travaillant de la maison, grâce à de petits tests.

J’avais l’occasion de travailler à la maison de temps en temps quand j’étais consultante et j’étais clairement plus productive.

Le problème ceci dit, est que dans le conseil et dans d’autres professions, la quantité de politique et de ‘réseautage’ nécessaires à monter en grade fait que si vous disparaissez pendant quelques mois, on a tendance à vous oublier un peu.

Mais tout de même, pour certains types de postes, le travail 100% à distance pourrait fonctionner en suivant les techniques proposées.

 

Il y a des moment oú travailler à distance ne suffit pas et oú il faut carrément partir. Pour ça Tim liste toutes les peurs qu’on peut rencontrer au moment de démissionner et comment les surmonter. Je crois avoir trouvé la nouvelle devise de JMC:

“Being able to quit things that don’t work is integral to being a winner » 

« Etre capable de laisser tomber les choses qui ne fonctionnent pas est ce qui définit un gagnant. »

 

Ensuite vient le concept de ‘mini-retraites’, pendant lesquelles on voyage pendant plusieurs semaines, tout en travaillant le minimum. Dans cette section, vous trouverez pas mal d’astuces sur comment voyager pas cher.

 

Pour être juste avec Tim Ferris, il ne semble pas passer ses journées sur une plage aux Bahamas à ne rien faire. Enfin, pas que. Il explique qu’il utilise son temps libre pour apprendre de nouvelles choses (le tango, la box thai) et aussi participer à des projets caritatifs qui lui tiennent à cœur.

Une phrase que j’ai bien aimé:

If you cannot find meaning in your life, it is your responsibility as a human being to create it, whether that is fulfilling dreams or finding work that gives you purpose and self-worth. Ideally, a combination of both.

‘Si vous ne trouvez pas de signification à votre vie, c’est votre responsabilité en tant qu’être humain de la créer, soit en accomplissant vos rêves, soit en trouvant du travail qui vous apporte un but et vous valorise. Idéalement, une combinaison des deux’

 

Bonus

A la fin du livre, Tim reprend certains des articles de son blog.

Puis s’ensuivent des témoignages de personnes qui ont appliqué ‘La semaine de 4 heures’. C’est pour moi l’une des meilleures sections du livre, car on en apprend plus sur la réalité de ces personnes, qui ont finalement réussi à accomplir ce qu’elles souhaitaient, même si tout n’a pas changé du jour au lendemain.

 

Ce que j’en pense

 

Ce livre est à lire pour toute personne qui souhaite se casser. Il contient de bons conseils, et je pense que répliquer ce qu’il a fait est possible, mais avec un gros travail pour créer sa boîte/produit initialement et les faire connaître.

Ce qui me dérange? Le côté un peu filou des opérations. Créer un produit test n’a rien de mal (c’est le principe des préventes de livres), mais faire planter un site alors que des clients comptent sur l’achat d’un produit…bof.

Ensuite, je suis d’accord à 100% sur le fait d’optimiser son temps, et certains des principes du livre sont vraiment utiles. Prendre une assistante, je n’ai rien contre, c’est même plutôt cool. Mais prendre une assistante qui bosse 40h par semaine à 7$ de l’heure alors qu’on perçoit les fruits de son travail directement sur son compte en banque en bossant une poignée d’heures et en se dorant la pilule…appelez-moi naïve, mais ça me gêne un peu.

Ce livre est utile, c’est certain, mais malheureusement, ce qui marche pour lui ne marchera peut-être pas pour tout le monde.

 

Points forts:

  • Bons principes d’organisation
  • Introduit l’idée que le bonheur n’est pas directement lié à l’argent, mais aux expériences, et que le temps est une ressource beaucoup plus importante
  • Conseils pratiques, avec de nombreux liens internet

Points faibles:

  • Une morale parfois douteuse
  • Pas toujours réaliste
  • Tim Ferris a tendance à passer sur les moments ‘difficiles’ que peuvent impliquer un tel changement de vie.

 

Dans un genre similaire, j’ai carrément adoréBe a free range human‘, qui me semble justement plus ‘humain’ tout en promettant quelque chose de similaire. Ma critique ici.

Mon avis sur La semaine de 4 heures n’est peut-être pas l’avis général, et si vous l’avez lu, j’aimerais beaucoup savoir le votre.

Pour les autres, je pense qu’il est toujours important de se faire sa propre opinion. Si vous souhaitez l’acheter, vous pouvez passer par ces liens (ça me fera une petite com), ou le rechercher en librairie.

La semaine de 4 heures (V.F.)The 4-hour workweek (V.O.)

 

 Crédit Photo

sortir du cadre | lyviadebloque

Tu as aimé cet article ?

Alors tu adoreras mon cours gratuit, 'sortir du cadre' - Inscris-toi pour recevoir, chaque jour pendans 2 semaines un email pour t'inspirer.

Merci pour ton inscription ! Tu devrais avoir reçu un email de confirmation de notre part. Clique bien sur le lien ! 

22 thoughts on “Mon avis sur La Semaine de 4 Heures par Tim Ferriss

  1. […] [Lisez aussi la critique de Lyv du blog jemecasse.fr : Mon avis sur La Semaine de 4 Heures par Tim Ferriss] […]

  2. Claire - Two little red cats on 12 août 2014 at 6:46 Répondre

    J’ai acheté le livre, pour voir, mais j’ai trouvé le côté « exploitons les autres pour ne rien faire et être riche, c’est normal » telle agaçant que je l’ai refermé au bout de 30 ou 40 pages. J’ai trouvé Tim Ferris vraiment imbuvable ^^
    Claire – Two little red cats a récemment posté…Un week-end à Genève: un bilan mitigéMy Profile

  3. Sophia on 18 août 2014 at 10:47 Répondre

    Merci pour ce résumé. j’hésitais à l’acheter mais finalement je m’abstiendrai. L’idée de me faire de l’argent sur le dos des gens m’a toujours dérangé.

  4. Guillaume on 9 septembre 2014 at 6:07 Répondre

    J’adore le ton de votre analyse de l’ouvrage :-).
    J’hésite moi aussi à l’acheter, mais la synthèse que vous en faites me donne déjà matière à réflexion (si votre ambition est de vendre des livres sur le net 4 heures par semaine, désolé, c’est râpé ;-).
    Je partage vos valeurs sur l’exploitation des autres et sur les magouilles.
    J’ai déjà quitté l’entreprise, je travaille moins, suis content de me lever le matin, pas encore les Bahamas, mais les Canaries c’est pas mal non plus !
    Bon si je craque, je passerai par votre lien pour l’acheter
    Amicalement
    Guillaume

  5. catherine on 29 octobre 2014 at 12:32 Répondre

    Je partage l’avis de Lyv sur cet ouvrage. (toujours très bien écrit :))

    Hormis le côté « je profite du système avantageux des pays en voie de développement » il est vraiment bourré d’astuces sur l’organisation au quotidien au niveau professionnel et personnel et il « secoue le cocotier » comme on dit ; ça peut faire du bien aux frenchies que nous sommes !

  6. Kevin - Change your life on 3 novembre 2014 at 8:38 Répondre

    Très bonne analyse. La semaine de 4h est un must-read concernant la productivité. J’ai toujours hésité parce qu’il est pas donné. Mais apparemment ça vaut le coups. Merci à toi !
    Kevin – Change your life a récemment posté…4 (bonnes) raisons pour lesquelles je veux devenir milliardaireMy Profile

  7. Morgan on 19 décembre 2014 at 12:36 Répondre

    Bonjour,je suis tombé sur cet article pour avoir des avis sur Tim sachant que j’ai lu déjà les 3/4 du livre…ce livre est génial c’est mon booster quotidien mais c’est vrai j’avoue j’ai zappé tout le chapitre sur l’exploitation des assistants et j’ai détesté le fait de se servir d’une assistante pour écrire un mail à sa femme!!! Je veux bien qu’on optimise son temps mais bon faut pas pousser « les ricains »!!!
    Je conseille fortement ce livre et ce genre d’ouvrage…pour moi ça me motive et me permet de faire le premier pas.

  8. cyrille on 29 décembre 2014 at 2:19 Répondre

    Bonjour,

    J’ai globalement le même avis mais je le nuance en intégrant dans l’analyse l’origine anglo-saxonne de l’auteur. La logique de l’externalisation (de l’organisateur de mariage à celui qui tond votre pelouse ou la personne -généralement âgée- qui remplit vos sacs à provision au supermarché) est quelque chose de très prégnant chez les américains. Pour l’assistante virtuelle, il existe des sociétés qui opèrent depuis la France.

    Je pense que le contenu du livre a été complété avec des passages uniquement destinés à favoriser sa vente (son titre est d’ailleurs extrêmement racoleur et ficelé, il n’en fait d’ailleurs pas un secret).
    Bon, son propos est extrêmement proche de ceux que tenait Jack Welsh…

    Pour le principal, il peut permettre une revue complète de son organisation et de son mode de vie et, avec quelques outils présentés, améliorer grandement notre work life balance 🙂

    A lire en complément de David Allen

    Et je finirais par un blague (que certains trouveront de mauvais goût), il est plus aisé de faire de l’argent facilement en expliquant comment faire de l’argent facilement… le net est rempli de site expliquant la démarche. On peut au moins lui laisser le crédit d’avoir fait fortune avant…
    cyrille a récemment posté…JanLuk bertet, mon ami mon maitre…My Profile

  9. Benjamin on 15 avril 2015 at 6:17 Répondre

    Je trouve ces commentaires très interessants. J’achèterai sûrement ce livre. Pour ma part, j’ai déjà sauté le pas et habite depuis un an et demi sous les tropiques alors que j’étais un fonctionnaire parisien. Ce n’est malheureusement pas tous les jours facile…
    Et ce n’est pas facile parce que j’ai passé montemps à « aider » les autres… L’auteur n’a pas de « morale » ? Mais qui a décrêté que gagner de l’argent devait être moral ??? En accord avec la morale de qui d’abord ? Si c’est légal, je valide. L’argent se gagne froidement. J’en suis convaincu. Reste maintenant à appliquer et surtout à organkser ma productivité.

    Merci pour ces conseils !

  10. Aurélie on 20 avril 2015 at 11:23 Répondre

    il m’a suffit de lire jusqu’au paragraphe 2 de ton article pour comprendre que je ne pourrais pas lire ce bouquin : en gros le mec te dit que quand t’as besoin d’aide, demande aux autres avant même de voir si tu peux pas résoudre le truc tout seul (a ben oui ca prendrait trop de temps..) mais surtout les autres doivent se débrouiller sans toi sauf en cas d’extrême urgence? euh…y’a pas comme un problème la? si l’objectif est de devenir un requin en free lance, autant rester dans une bonne grosse boite pleine de copains à écraser et de chef à émerveiller!!!

  11. Sarah Zendrini on 6 juillet 2015 at 3:12 Répondre

    Bonjour Lyv !
    J’ai trouvé ton analyse pertinente et je la partage totalement. Je pense que l’on peut tout à fait réussir à créer suffisamment de revenus « passivement » (grâce à la vente de produits crée par soi), sans pour autant exploiter les autres et n’avoir aucune morale. Je pense qu’en faisant la part des choses, ce livre peut apporter de très bons outils en termes d’organisation.
    Merci pour ta fine analyse !
    A bientôt !
    Sarah
    Sarah Zendrini a récemment posté…Turbulences nomades et aériennes, jusqu’à la ville aux 7 collinesMy Profile

  12. Julien on 2 septembre 2015 at 12:19 Répondre

    J’ai personnellement adoré ce livre. Je l’ai lu 2 fois. Les techniques 80/20 et d’automatisation sont plutôt bien faites/ C’est plutôt l’idée de richesse personnelle qui est intéressante dans cet ouvrage.
    Il se permet de nous mettre un coup de pieds…….. pour nous lancer. Peut-être un peu trop, ce qui risque d’être dangereux.
    Je cherche ‘Be a free range human’ en Français mais impossible de le trouver…

    1. Lyv on 2 septembre 2015 at 3:32 Répondre

      Hello Julien – non, malheureusement il n’a pas encore été traduit en français :-/

  13. […] Encore un autre moyen de faire parler de vous en ligne. Prenez un produit qui intéresse votre audience, et testez-le. Vous pouvez partager votre avis sur un bouquin, une formation, un produit réel, un événement, un séminaire… Comme cet article du blog Je me casse sur le livre « La semaine de 4 heures ». […]

  14. DadouchKa on 12 janvier 2016 at 3:08 Répondre

    je viens d’acheter le livre et j’ai cru que je vais trouver quelque chose de WAAW mais malheureusement jusqu’à maintenant je n’ai rien trouvé de spécial dans le livre car depuis ce que j’ai lu sur internet des commentaires et des témoignage des autres ils disent que le livre vient de changer leurs vies et je n’ai pas compris en quoi ça a changé leur vie ??? je suis arrivée jusqu’à la moitié mais rien ne m’encourage de le terminer jusqu’à la fin
    DadouchKa a récemment posté…MES ARTICLESMy Profile

  15. emailing on 24 janvier 2016 at 5:15 Répondre

    Bonjour,

    Votre analyse est pertinente. Des ouvrages comme celui de Tim Ferris ne font que vendre du rêve, il n’existe pas quelque chose qui s’appelle Travailler moins pour gagner plus sauf si on arnaque les gens!

    Pour ce qui est des assistants virtuels, j’ai failli tomber de ma chaise! et dire que Tim Ferris se vante de déléguer des tâches secondaires à une indienne pour 7$ de l’heure, sérieux! Niveau moralité on atteint ici le degré zéro.
    emailing a récemment posté…Vidéo de Présentation MDWorksMy Profile

    1. Nicolas on 27 janvier 2016 at 7:17 Répondre

      Mais si ça existe ^^. Les gens les plus riches de cette planète ne sont pas employés. Ce qui n’existe pas vraiment c’est justement travailler plus pour gagner plus car au final on est limité par le fait qu’une journée dure 24 heures.

      Et j’ai un ami qui a appliqué la méthode et qui se bâtit justement un revenu automatique. Sans arnaquer les gens. En leur proposant simplement un produit génial, mais automatisé.

      D’ailleurs Google, 95% du revenu est généré totalement automatiquement sans aucune intervention humaine, et sans arnaque non plus.

      Après c’est sûr que ça se fait pas en un claquement de doigt et que c’est rare mais c’est possible.

      1. Lyv on 27 janvier 2016 at 7:20 Répondre

        Je pense aussi qu’il est possible de travailler moins pour gagner plus : c’est tout le fonctionnement du capitalisme, on investit en temps, en argent, en énergie, un bon coup, et après on en récolte les fruits. C’est un concept qui me va et que j’applique moi aussi. Ceci dit, le travail de départ est toujours important, et ça je trouve qu’il le dit peu.

      2. Le K on 1 février 2016 at 1:30 Répondre

        Google 95% automatisé sans intervention humaine ?
        Donc, reprenons :
        Qui a créé le moteur ?
        Qui le perfectionne ?
        Le nombre d’employés de Google de part le monde, c’est pour le fun ?
        Le nombre de « quality raters » qui veille au bon « respect » des règles édictés par Google ?
        Le nombre d’ingénieurs qui bossent sur Pingouin, Panda et autres algo du moteur ?

        95% sans intervention humaine donc ?
        Sans humains, Google n’existerait pas.
        Sans Humains et sans un travaille acharné de l’ensemble des équipes de Google, hé bien Google ne serait pas là où il en est actuellement…

        PS : Le capitalisme se base beaucoup (pas uniquement, et pas tout le temps) sur l’exploitation d’une main d’oeuvre moins onéreuse.
        Le K a récemment posté…Autoentrepreneur, pourquoi créer un compte facebookMy Profile

  16. Virginie on 27 janvier 2016 at 6:08 Répondre

    Bonjour,
    Ton analyse, très bien écrite, a à la fois un peu émoussé mon envie de lire ce livre mais a aussi attisé ma curiosité.
    En effet, je suis assistante virtuelle ! Je travaille depuis la France, depuis chez moi en fait, et suis indépendante depuis 7 ans maintenant… J’ai donc envie d’aller voir de quelle manière il « préconise » de « m’exploiter » lol
    Blague à part, on m’a tellement parlé de ce livre que, dès que cette année sera sur les rails (ben oui, début d’année oblige), je file me l’acheter !
    Merci encore pour ton analyse.

    1. Lyv on 27 janvier 2016 at 7:21 Répondre

      Oui je pense qu’il est très intéressant à lire !

  17. My on 2 avril 2016 at 4:46 Répondre

    Le livre donne pas mal d’idées pour créer sa boîte et s’organiser. Bien évidemment ces pratiques sont à adapter selon chaque cas, tout n’est pas à prendre au pied de la lettre. Pour les assistantes à distance payer peu cher il faut comprendre que dans leurs pays le Smic n’est pas du tout le même qu’en France et le coup de la vie non plus. Par exemple en Algérie le SMIC est à 100 euros, les personnes payées 1000 euros (10 millions de dinar) sont considérée comme très riches… Bref les choses doivent être mises dans le bon contexte.
    My a récemment posté…Une vie sans lundi #111 – Et si je disparaissais ? (pendant 2 semaines)My Profile

Leave a Comment

Your email address will not be published. Marked fields are required.

CommentLuv badge